SANTE - HYDROCUTION


Triton-Ans-Natation-Sante-Hydrocution

L'hydrocution

Une hydrocution regroupe la notion de choc thermique subi par un être humain au contact d’un environnement aquatique. Le choc thermique, est la cause la plus fréquente des noyades secondaires et on recense plusieurs centaines de cas chaque année. Les symptômes du choc thermique sont très caractéristiques et se repèrent facilement. De nos jours, le mot hydrocution est plutôt considéré comme un terme populaire, synonyme de la noyade qu'il pourrait provoquer. Mais d'un point de vue scientifique, on préférera parler de malaise vagal. Le Triton Ans Natation vous explique comment éviter le choc thermique lorsque vous vous baignez et quelle attitude adopter lorsque le mal est déjà fait. 

Triton-Ans-Natation-Sante-Hydrocution

Le corps se refroidit 25 fois plus vite dans l'eau

Mécanisme de l'hydrocution

Lorsque la température corporelle est élevée (longue exposition au soleil, effort sportif, prise d'alcool, les vaisseaux sanguins situés sous la peau sont dilatés (vasodilatation) et favorisent la circulation périphérique qui permet d'évacuer la chaleur. Le rythme cardiaque augmente également et permet d'accélérer ce refroidissement.

Le corps se refroidit 25 fois plus vite dans l'eau que dans l’air du seul fait de la meilleure conduction dans l’eau par rapport à l’air. Lors d'une entrée brutale dans de l'eau froide, la température centrale baisse rapidement. Pour préserver cette température centrale, les vaisseaux au niveau des membres et de la peau se contractent rapidement (vasoconstriction), ce qui réduit les pertes caloriques. Ceci fait refluer le sang périphérique vers l'intérieur du corps, notamment vers le cœur, et provoque une augmentation de la pression artérielle. 

Pour lutter contre cette hypertension, le cœur se ralentit (action du système nerveux parasympathique). De ce fait, le cerveau va être moins bien irrigué, et le déficit d'approvisionnement en dioxygène qui s'ensuit provoque la perte de conscience. Cette syncope thermo-différentielle peut provoquer un arrêt cardio-respiratoire suivie d'une mort par noyade en 4 à 5 minutes, appelée submersion-inhibition, « noyade syncopale » ou « fausse noyade » (par opposition à la « noyade vraie » par asphyxie). Ce phénomène réflexe d'hydrocution s'accompagne d'une fermeture des sphincters, ce qui fait que peu d'eau entre dans les voies aériennes supérieures. Ainsi, la blancheur cireuse des noyés par submersion-inhibition (appelés « noyés blancs ») s'oppose à la cyanose marquée sur le visage (avec les conjonctives hyperhémiées) et le corps des noyés par submersion-asphyxie (appelés « noyés bleus »).

Idées reçues

L'idée répandue selon laquelle la digestion favoriserait l'hydrocution n'est pas reconnue scientifiquement. Une étude aux États-Unis a montré que seul 1 % des noyades avaient eu lieu après un repas. Par contre, la consommation de boissons alcoolisées augmente fortement le risque de noyade. Une étude de plusieurs centaines de morts d'adultes par noyade en Californie a montré que 41 % étaient liées à la consommation d'alcool ; concernant les adolescents, l'alcool était lié à 25 % des noyades dans une étude précédente. 

Température idéale pour se baigner : les effets sur le corps 

Sachez que le corps se refroidit 25 fois plus vite dans l’eau que dans l’air. C’est pour cette raison qu’il est difficile de rester dans l’eau sans bouger pendant un long moment. Si les risques d’hypothermie sont inexistants dans une eau à 30°C, ils sont bien réels dans une eau à 15°C. Certaines personnes peuvent souffrir d’arythmie cardiaque. En revanche dans une eau trop chaude, le nageur risque de voir son rythme cardiaque augmenter et son corps ne sera plus capable d’évacuer la chaleur produite pendant l’effort. 

Pourquoi se baigner en eau froide ?

Se baigner en eau froide peut en rebuter plus d’un et de nombreux nageurs délaissent les entraînements en eau libre pendant la période hivernale. L’eau froide présente pourtant des bienfaits pour le corps. Elle favorise la circulation sanguine et renforce le système immunitaire. Elle permet aussi de soulager les douleurs et rend de meilleure humeur.

Nager en eau froide a des effets bénéfiques sur :

  • La circulation sanguine : l’eau froide permet de stimuler la microcirculation, contribue à nourrir et à drainer les cellules et permet aux organes d’être bien alimentés. L’amélioration de la circulation sanguine a par la même occasion de nombreuses répercussions positives sur votre santé.
  • Le système immunitaire : l’eau froide augmente les lymphocytes dans votre organisme et renforce donc votre immunité. Les nageurs en eau froide sont souvent moins atteints de rhumes et d’infections respiratoires.
  • La douleur en général : lorsque vous nagez dans l’eau froide, votre corps libère des endorphines qui permettent de diminuer la douleur
  • Le moral : en plus de soulager la douleur, les endorphines ont une action directe sur votre moral. Les nageurs en eau froide sont de meilleure humeur que les nageurs « classiques ».

Sachez enfin que si la baignade se fait en mer, les bienfaits sont encore plus importants. L’eau de mer est reconnue pour ses vertus comme antidépresseur, anxiolytique et euphorisant. Pour pouvoir bénéficier des vertus de l’eau froide, il faut, cependant, prendre quelques précautions. 

Une discipline à part entière

Si la nage en eau froide n’est pas très réputée dans nos régions, elle est en revanche très populaire dans les pays scandinaves. Elle est même devenue une activité sportive à part entière. En Finlande, des courses en eau froide sont organisées et plus de 150 000 nageurs y participent chaque année.

Pourquoi se mouiller la nuque avant d’entrer dans l’eau ?

Si certains pensent que se mouiller la nuque avant d’entrer dans l’eau est un remède de grand-mère sans fondement et bien ils se trompent ! Cette méthode a fait ses preuves et permet d’éviter le choc thermique ou pire la noyade. Si vous entrez dans l’eau brutalement sans prendre le temps de vous mouiller la nuque, vous risquez d’avoir une mauvaise surprise avec un choc thermique. Votre corps tout entier se tétanise, vos muscles se contractent et vous risquez de ne plus pouvoir bouger, le risque d'un arrêt respiratoire ou de perdre connaissance. Dans le pire des cas, vous risquez une crise cardiaque si le choc thermique est trop important, avec conséquence de risque de noyade. Découvrez quels sont les risques encourus si vous omettez de vous mouiller la nuque et pourquoi cette zone est une zone stratégique. Découvrez également quels sont les gestes à ne pas faire avant de vous jeter à l’eau afin d'éviter les risques majeurs. 

Les risques majeurs

Même si l’eau froide est bénéfique pour votre santé, il est conseillé de ne pas s’y jeter brutalement car les risques sont importants pour votre organisme. Sachez que si vous entrez trop vite dans une eau dont la température est très inférieure à celle de votre corps, vous risquez de subir une hydrocution, connue aussi sous le nom de choc thermique. Les symptômes sont caractéristiques : démangeaisons, frissons, crampes fréquentes, troubles visuels et auditifs. Dans les cas les plus graves, vous risquez de perdre connaissance (et donc de vous noyer) et de faire une crise cardiaque. A l’apparition des premiers symptômes, sortez de l’eau et réchauffez-vous avec une serviette. 

Une zone clé

Si l’on vous conseille de vous mouiller la nuque, ce n’est pas anodin. En effet, il s’agit d’une zone stratégique qui a des répercussions sur l’ensemble de votre corps. Sachez que les plus gros vaisseaux se trouvent au niveau de la nuque ainsi que de nombreuses commandes nerveuses. La nuque informe donc le corps de façon précise mais pas brutalement de la température de l’eau. Le message d’alerte pour avertir qu’il y a une grande différence de température entre le corps et l’eau n’est pas envoyé. Ce qui évite un afflux soudain de sang vers le cœur et le cerveau. Le corps ne se tétanise pas, les muscles ne se contractent pas et le corps s’habitue petit à petit à la température de l’eau.

Les causes de l’hydrocution

Les causes de l’hydrocution peuvent être de différentes natures : bronzage prolongé, sport intensif, repas très copieux ou alcoolisé… De manière générale, il faut éviter toute activité qui augmente la température du corps juste avant la baignade. Ou ne pas choisir de se baigner dans une eau trop froide.

Que faire en cas d’hydrocution ?

L’hydrocution peut être brutale mais si ce n’est pas le cas, certains signes peuvent donner l’alerte : vertiges, démangeaisons, somnolence, angoisse, frisson ou crampe… Dans ce cas, il faut sortir de l’eau et se réchauffer. 

  • Si vous ressentez les premiers symptômes d’hydrocution, n’insistez pas et sortez immédiatement de l’eau. Asseyez-vous et enveloppez-vous d’une serviette pour augmenter votre température corporelle.
  • Si c’est un autre baigneur qui est victime d’hydrocution, aidez-le à sortir de l’eau. Il convient de le sécher, de le mettre en position couchée et de le réchauffer.
  • Si la victime est inconsciente, vérifiez qu’elle respire, si la victime a besoin d’être réanimée, effectuez un massage cardiaque (si vous avez été formé aux gestes de premiers secours) dans le cas contraire faite appel à des personnes compétentes (par exemple un maître nageur sauveteur si vous êtes dans un lieu de baignade publique surveillé).
  • Ne réalisez pas de bouche-à-bouche sauf si la victime a avalé de l’eau en perdant connaissance.
  • Si la victime a commencé à se noyer et qu’elle a avalé de l’eau, soyez prudent : allongez-la sur le côté et tapez-lui dans le dos pour tenter d’évacuer l’eau.
  • Quel que soit le cas, pensez toujours à prévenir les secours afin de vérifier si la victime va bien et ne court plus aucun danger.

Comment éviter l’hydrocution ?

Difficile pour un nageur régulier de ralentir la cadence pendant la saison d'hiver tellement l'envie de nager est forte, même si les températures à la baisse n'encourage guère à la baignade. nous vous donnons quelques conseils pour apprendre à apprécier l'eau froide, qui présente de multiples vertus.

L’eau froide est une forte agression pour l’organisme et si vous entrez dans l’eau sans réfléchir, vous pouvez courir des risques cardio-vasculaires. En entrant brutalement dans de l’eau froide, votre sang circule moins bien et vos vaisseaux et votre cœur se contractent. Si l’eau est trop froide, vous risquez également d’entrer en hypothermie. Lorsque vous sortez de l’eau, laissez votre corps trembler. Il s’agit d’un réflexe tout à fait normal qui vise à faire affluer le sang vers les extrémités et à vous réchauffer.

Pour entrer dans l’eau froide sans craindre une hydrocution, il est conseillé d’adopter quelques gestes simples :

  • Entrez progressivement en soufflant lentement et en vous mouillant les chevilles, la poitrine, la nuque, les tempes, l’estomac et le dos afin d’habituer votre corps à la température de l’eau.
  • Évitez de plonger et utiliser l’échelle ou les marches de la piscine pour entrer dans l’eau.
  • Évitez également de vous baigner juste après manger.
  • Pour éviter les chocs thermiques trop importants, essayez de ne pas vous exposer trop longtemps au soleil.
  • Plus votre température corporelle sera élevée et plus les risques d’hydrocution seront élevés.
  • Évitez également de consommer trop d’alcool et de manger trop copieusement.
  • Sachez enfin que pour éviter tout risque d’accident, il est préférable de ne pas vous baigner seul ou dans une zone de baignade non surveillée.
  • Les autres baigneurs peuvent vous porter secours ainsi que les surveillants de baignade.
  • Bien s’équiper : pour réduire les risques de chocs thermiques et vous protéger du froid, pensez à nager avec une combinaison, un bonnet de natation et pourquoi pas des chaussons en néoprène.
  • Les combinaisons présentent aussi l’avantage d’augmenter la flottabilité et de vous apporter un confort de nage supplémentaire.

Bon à savoir : pour venir en aide à une personne victime d’hydrocution, sachez qu’il est inutile de pratiquer le bouche-à-bouche. Procédez directement au massage cardiaque sans perdre une minute (si vous avez été formé aux gestes de premiers secours). 

La noyade, l'un des risques de la piscine

La noyade est une cause de décès fréquente, surtout chez les enfants. La mort par noyade peut être évitée en étant très prudent autour des environnements de baignade.

Qu’est-ce que la noyade ?
La noyade est un accident grave qui se manifeste par l’inondation des voies respiratoires. Lorsque l’eau pénètre dans les poumons, la respiration devient impossible. Le manque d’oxygène peut provoquer l’arrêt cardiaque et la mort. La noyade peut survenir même si une petite quantité d’eau est avalée. Il est possible de se noyer après avoir bu la tasse, lors d’une chute dans l’eau, mais aussi suite à une perte de conscience dans l’eau (malaise ou hydrocution par exemple), ou lors d’un exercice d’apnée…

Il y a différentes phases dans une noyade.
Au début, la victime panique et essaye de nager ou de remonter à la surface, puis elle s’épuise. Elle commence ensuite à couler, et elle perd connaissance. Son activité cardiaque cesse alors. Ce processus est très rapide. Il faut à peine quelques minutes pour se noyer.

Comment sauver quelqu'un de la noyade ?

Pour sauver quelqu'un de la noyade, il faut réagir très vite. Si la victime est encore à la surface de l’eau (premières phases de la noyade), ses chances de survie sont plus grandes. Appelez les secours d’urgence, ainsi que le surveillant de baignade s’il y en a un à proximité. Il faut sortir de l’eau la personne, puis vérifier son état : est-elle consciente, respire-t-elle, pouvez-vous sentir son pouls ?

Si la personne est consciente
il faut la sécher, la couvrir et la mettre en position mi-assise mi-couchée pour qu’elle se détende et qu’elle respire profondément.

Si la victime est inconsciente
mettez la en position latérale de sécurité. Avant de faire un massage cardiaque, il faut tapez dans le dos pour évacuer l’eau qu’elle aurait ingéré.

Dans tous les cas, la victime doit être ensuite placée sous surveillance médicale. Elle peut garder des séquelles plus ou moins graves de sa noyade.

Notez qu’il est plus prudent de lancer une bouée ou de tendre une perche à quelqu'un qui est en train de se noyer, si vous n’êtes pas qualifié en sauvetage. Une personne en train de se noyer pourrait vous entraîner au fond de l’eau à cause de la panique.

La noyade : un danger à éviter !

Il est essentiel de surveiller très attentivement les enfants ou personnes qui ne savent pas nager. Vous pouvez apprendre à nager à votre enfant dès que possible. Ainsi, en cas de chute dans l’eau, il saura se débrouiller, rejoindre le bord de la piscine ou la rive du lac…

Si vous avez une piscine privée, les équipements de sécurité sont indispensables et obligatoires (barrière, couverture, alarme ou abri de piscine), mais ils ne vous dispensent pas de veiller attentivement sur vos enfants qui jouent dans le jardin ou dans la piscine.

Quel que soit son âge, il faut éviter de prendre des risques inutiles : par exemple, ne pas nager après avoir bu de l’alcool ou dans un état de grande fatigue. D’autre part, il vaut mieux connaître ses limites, rester près de la terre ferme quand on ne connaît pas l’endroit, ou se baigner dans des lieux surveillés.

Conclusion

L’hydrocution est à l’eau ce que l’électrocution est à l’électricité. Il s’agit d’une grande différence entre la température de votre corps et la température de l’eau. Sachez que dans l’eau, le corps se refroidit 25 fois plus vite que dans l’air. Si cette différence de température se fait trop brutalement, votre corps réagit immédiatement. En cas d’hydrocution, vous pouvez ressentir des démangeaisons, des frissons, des crampes, des troubles visuels et auditifs. Dans les cas les plus graves, vous pouvez perdre connaissance ou faire une crise cardiaque. Si vous perdez connaissance dans l’eau, les risques de noyade sont donc très élevés.

Publiée le 20/09/2021
Mise à jour le 20/09/2021

Built with Mobirise - More here